L’intelligence artificielle touche les grandes firmes du web

Que font ces géants du web ? Que préparent-ils encore ? Ce sont les questions les plus fréquentes concernant ces grandes sociétés acteurs de l’IA dans le monde. Des entreprises qui se consacrent notamment aux softs comme Google, Apple ou Facebook sont en train de façonner l’avenir de l’humanité, tandis que d’autres tels que Samsung ou Intel s’efforcent de se positionner dans les équipements de GPU et des autres processeurs.

Les leaders de l’Intelligence Artificielle dans le quotidien

Les acteurs de l’IA : leurs produits à la portée de tous

Les leaders des nouvelles technologies et l’internet révolutionnant l’IA ont toujours été abordés dans les articles. Appelés les GAFA, ils adoptent une stratégie bien précise concernant le développement de ces robots.

Il est possible de connaître leurs ambitions même si celles-ci sont peu affichées : le recrutement de chercheurs, le rachat de diverses technologies, la course à l’implantation des enceintes intelligentes…

C’est peut-être pour cette nouvelle année que les enceintes intelligentes connaîtront un grand essor, tout comme l’année précédente où Google a lancé son assistant Google Home, Amazone son Echo et Apple son HomePod.

Ces assistants domestiques sont présents pour rendre service aux internautes dans leurs quotidiens. Ils sont capables de donner des renseignements et aider les cybernautes grâce à la technologie, dont la reconnaissance vocale.

C’est cela l’Intelligence Artificielle qui traite automatiquement le langage naturel. Les premières fonctionnalités sont limitées pour l’instant, mais les experts entrevoient un avenir meilleur pour ces petites merveilles de la technologie.

Il faut noter que jusqu’à maintenant, ces machines ne peuvent remplir que quelques fonctions importantes comme écouter un morceau de musique sur un appareil en lui-même, servir d’assistant personnel (minuteur, fonctions réveil, etc.), rechercher sur internet via les gros moteurs de recherche et rond-point des pistes de divers objets connectés (ampoules, thermostat, etc.).

Google a d’ailleurs passé des accords avec les entreprises d’Entertainment telles que Radio France pour pouvoir lancer des podcasts d’actualités et Netflix pour pouvoir lancer les vidéos. Cette méthode est une manière astucieuse de rendre l’IA encore plus attractive, attachante et amusante.

C’est sûr qu’elle se développe pas à pas et va devenir d’ici peu un outil incontournable dans la vie du quotidien. Selon une enquête, plus de 73 % des foyers seront dotés de ces technologies d’ici 5 ans au plus tard.

Pourquoi parle-t-on de révolution ?

Les scientifiques parlent d’une révolution puisque les grandes firmes de ces machines intelligentes ont compris qu’il faut posséder une position importante au croisement des applications. C’est en quelque sorte un virage stratégique indispensable pour ces géants de l’IA.

Pour commander quelques choses en ligne, il suffit donc de dire à la machine de le faire, plus besoin d’ouvrir une application ou même de prendre son Smartphone et de commander via un appel téléphonique.

Le pari effectué par ces sociétés est que tout le monde puisse s’adresser à leur machine par la voix sans toucher au clavier de leur ordinateur. Pour eux, c’est ce qu’il y a de naturel pour les utilisateurs de l’internet.

Les impacts de cette nouvelle technologie

Il n’y a plus d’embarras du choix

C’est clair que tout le monde a le droit d’avoir une vie plus pratique et plus facile. La machine peut être configurée pour préciser la demande et les attentes d’un individu. Il n’y a donc plus de temps perdu avec une Intelligence Artificielle, la personne peut énoncer sa demande au lieu de la trouver dans une brochure. Par exemple, elle a la possibilité de commander 3 hamburgers pour pas plus de 10 euros et cela en seulement 5 minutes. Les algorithmes intelligents font eux-mêmes le benchmark de tous les prix avant de passer la commande.

En ce qui concerne les enfants, il suffit de les laisser interagir avec le robot pour lui faire chanter une berceuse ou une chanson. Ces applications sont disponibles pour les petits que pour les grands.

La seule limite de la machine est qu’elle est la seule à pouvoir choisir le lieu où elle doit passer la commande. En d’autres termes, la personne n’a plus la liberté de choisir. C’est aussi le cas lors d’une berceuse, c’est elle qui choisit la chanson à démarrer à moins de préciser le titre.

Sur internet, on peut par exemple choisir un outil parmi tant d’autres pour savoir le temps d’un trajet d’une ville à une autre (Mappy, Viamichelin, etc.). Ces robots répondent avec précision la durée qu’il faut pour le déplacement.

C’est cela qui importe le plus pour ces grands du monde digital, celle de favoriser au mieux le « client user », le consommateur, le cherchant ou l’internaute et non pas le fournisseur de l’info, de service ou du produit.

Le gros moteur de recherche Google va donc privilégier encore plus la pertinence d’un contenu, seuls ceux qui ont la meilleure pertinence figurent dans la meilleure position et ils sont les seuls à pouvoir citer.

Question vie privée

Eh oui, les robots écoutent et enregistrent ! Tout se passe comme si une personne a dans son salon un majordome disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, si la machine est considérée comme étant un assistant personnel.

Les concepteurs ont garanti que ces agents intelligents n’écoutent et n’effectuent leur tâche qu’une fois activés pour la protection de la vie privée des utilisateurs.

Les internautes ont des raisons importantes de douter de la sécurité de leur vie privée puisque la maison peut être connectée sur les serveurs distants et l’information peut circuler, soit uploadée (montante), soit downloadée (descendante).

Les impacts pour les grandes firmes

Pour Amazon, Apple ou Google

Tout le monde sait que ceux qui sont mieux référencés sont les seuls à arriver dans la meilleure position en ce qui concerne le référencement d’un site web. Avec l’arrivée de ces machines, la lutte pour la meilleure place va être encore rude pour ces sites internet.

Le but principal de l’IA contenue dans les Bots est de ressembler le plus avec une interaction entre humains. Elle donne donc une seule réponse sans proposer d’autres alternatives. L’intérêt majeur de ces colosses du digital est de « vendre » encore plus leur service ou leur produit.

Pour Google, il est clair qu’entrer son email ou son calendrier dans le moteur de recherche n’est plus utile. Il suffit de lui livrer l’email de l’internaute et le tour est joué.

Pour Amazon, il est possible de s’installer confortablement et de passer ses commandes sans avoir à bouger l’index pour un clic. Son enjeu est de battre les grands moteurs de recherche.

Pour la marque Apple, son but est d’assurer un service payant comme iCloud ou iTunes à ses utilisateurs, tout en les proposant sur ses produits tels que le iPhone, l’Apple Watch ou l’Apple TV.

Pour les sites internet

Les sites web se sont lancés dans une bataille depuis des années dans l’espérance d’avoir la meilleure place dans les résultats de recherche. Cette guerre a fait de belles heures à quelques-uns des géants du digital, Google en fait partie.

Cette grande firme de Silicon Valley en Californie a forgé sa fortune grâce à son marketing d’enchère au moyen des clics. De son coté, Amazon a ouvert sa relation à tous les e-commerçants du monde. À noter qu’il peut cependant exister quelques contacts entre l’internaute et l’URL/marque.

Pour le futur, Amazon, Google et Apple vont devenir les clés d’entrée vers le monde digital. C’est une occasion pour les sociétés émergentes comme Facebook, Twitter et Skype d’apparaître parmi les résultats.

Ce changement signifie que les intermédiations de ces colosses vont s’intensifier puisqu’aucun d’entre eux ne veut céder sa place. De manière réciproque, toutes les marques vont avoir besoin de l’onction de ces grands pour être un élu parmi plusieurs concurrents.

La bataille va faire rage entre les différents acteurs du monde physique et digital, à commencer par le fournisseur des moteurs de recherche « embarqué » comme Qwant ou DuckduckGo.

Il faut en revanche garder en mémoire qu’il faut payer pour rester en première position comme le fait Google à Apple.Il a payé la marque de la « pomme croquée » pour devenir le moteur de recherche par défaut sur l’iPhone et l’iPad.

Une petite aperçue des futures technologies

Les interactions des robots et de l’être humain vont se développer d’une vitesse phénoménale et ces technologies d’aujourd’hui ne sont que le commencement. Il est possible que ces relations aillent se déployer dans tous les domaines des internautes (dans les transports, pendant les voyages, au bureau, à la maison, etc.).

Tôt ou tard, s’adresser à un robot sera tout à fait naturel que de s’adresser à un vendeur ou à un ami. Les chercheurs confirment qu’il manque encore cette petite chose appelée « richesse de l’interaction », « conseil » et « contenu », mais puisque c’est une technologie en pleine expansion, il se peut que tous ces manques puissent être palliés.

Ce n’est pas un hasard si les grands du digital investissent dans ce domaine, non seulement pour bâtir un futur meilleur, mais également pour rester un maître incontesté dans ce monde virtuel où l’intelligence artificielle règne. Il ne leur manque plus que le high-tech « plus humaine » pour monopoliser ce secteur.